Je vais vous parler de “Pitch” mais pas de la brioche qu’adorent vos enfants et moi aussi d’ailleurs ;)

Non, ce dont je vais vous parler c’est d’apprendre à séduire vos interlocuteurs en leur présentant votre projet.

Vous devez maîtriser cet exercice parce que vous n’allez pas le faire 1 fois ou au lancement, vous le ferez tout le temps !

Même quand votre entreprise aura plusieurs années d’existence, vous continuerez à “faire le pitch” !

Les “7 conseils pour faire le pitch” que je vous donne ici vont vous aider à le maîtriser.

Pitch, ça veut dire quoi ?

C’est le raccourci de “elevator pitch” (“présentation de l’ascenseur”).

Cette notion a été introduite dans les années 1980 aux Etats-Unis.

Le principe est simple :

  1. Surveiller l’arrivée de la personne que vous voulez interpeller à côté de l’ascenseur,
  2. Vous faufiler dans l’ascenseur au moment de la fermeture des portes,
  3. Expliquer votre projet,
  4. Obtenir un engagement.

L’avantage est que vous êtes en tête à tête directe avec la personne pour passer votre message.

Étant donné qu’elle se retrouve “bloquée” dans l’ascenseur avec vous, vous avez toute son attention pur lui expliquer votre projet et obtenir son engagement.

Au début, cette technique était utilisée par des salariés dans le but d’obtenir une promotion.

Rapidement, des créateurs d’entreprises et de startups y ont vu un excellent moyen de convaincre des clients et des investisseurs pour obtenir des financements.

1er conseil : Aller droit au but

Votre temps est limité, vous devez convaincre rapidement.

Il faut donc aller à l’essentiel, chaque mot que vous prononcez doit être porteur de sens.

Commencez par rédiger votre message clé (votre “promesse”) en 1 Twitt (140 caractères).

De cette manière, vous aurez (1) un fil conducteur auquel vous rattacher en cas de déstabilisation et (2) vous aurez la “colonne vertébrale” de l’histoire que vous raconterez dans votre pitch.

2ème conseil : Raconter une histoire captivante

Comme pour la règle des “20 premières secondes”, vous devez capter l’attention tout de suite, dès le début.

Vous n’aurez pas le luxe d’entrer en scène 2 fois.

Si vous “foirez” votre entrée en scène, vous allez ramer pour attirer l’attention une nouvelle fois et vous n’en avez pas le temps.

Et pour attirer l’attention, quoi de mieux qu’une histoire ?

L’avantage du story telling est de faire rentrer vos interlocuteurs dans votre contexte.

N’oubliez pas de (1) transmettre votre enthousiasme pour générer de l’émotion et (2) paraître confiant et assuré (même si vous êtes stressé) pour rassurer sur la valeur de votre projet.

3ème conseil : Respecter 3 étapes primordiales de votre discours

En premier lieu, démarrez fort en captant l’attention avec votre constat d’un problème à résoudre ou l’envie de répondre à un besoin.

C’est le point de départ qui vous a amené à vouloir faire votre projet : ce qui est.

Choisissez un exemple marquant, des chiffres parlants, une image ou une situation choc, etc.

Ensuite, expliquez la raison d’être de votre projet : ce qui pourrait être.

Faites-le de la façon la plus simple et la plus claire possible.

Vos interlocuteurs ne doivent avoir aucun effort à faire pour vous comprendre.

Un enfant de 10 ans doit comprendre de quoi vous parlez, tout doit être évident.

Rendez votre histoire agréable à écouter, comme si vous racontiez un conte pour enfant justement.

Pensez à saupoudrer des moments de rebondissement qui vont (1) dynamiser l’attention de vos interlocuteurs et (2) préparer votre appel à l’action.

Enfin, concluez votre pitch en faisant un appel à l’action, c’est à dire en demandant quelque chose à vos interlocuteurs.

Cela peut prendre différentes formes : de l’argent, une participation active, une mise en relation, etc.

4ème conseil : Avoir conscience que personne ne vous attend

C’est parfois dur à accepter mais la terre peut tourner sans nous… et c’est la même chose dans le business.

Avant que vous n’arriviez, vos clients ne vous ont pas attendus et votre banquier a financé d’autres projets.

Pour les convaincre, vous allez devoir leur expliquer, avec séduction et impact,  pourquoi ils devront désormais faire avec vous.

5ème conseil : Comprendre que le pitch est omniprésent

Le pitch est souvent rattaché à la notion de présentation dédiée à des investisseurs pour lever des fonds.

Mais en vérité, le pitch c’est partout, avec tout le monde et tout le temps !

Vous devrez expliquer votre projet à votre famille, vos amis, vos anciens collègues, vos futurs salariés, vos associés, vos investisseurs, vos fournisseurs, vos prospects et j’en passe.

C’est pourquoi, il va devenir partie intégrante de vos réflexes et de vous.

Vous incarnez votre projet, vous le faites savoir avec votre pitch.

6ème conseil : Maîtriser son pitch est incontournable

Puisque vous devez pitcher en permanence, autant le (1) faire bien et (2) avec plaisir !

Pour le faire bien, il faut vous préparer (construire votre pitch) et vous entraîner (répéter).

Puisque vous savez que le pitch est omniprésent, donnez le en toutes occasions pour le maîtriser.

Vous pouvez vous inspirer des TED (les orateurs sont formés avant leurs interventions), de pitchs filmés sur Youtube ou encore aller en voir en vrai lors d’évènements comme les Startup Weekend.

7ème conseil : Adapter le format de votre pitch à vos interlocuteurs

Savoir comment faire un pitch, c’est une chose, mais avant tout, il faut répondre à ces 3 questions : à qui je m’adresse, dans quel contexte et pour quel objectif ?

En fonction de votre cible (client, investisseur, partenaire, salarié, associé…), vous n’utiliserez pas le même pitch.

Le format changera en fonction du contexte dans lequel vous devrez intervenir pour présenter votre message.

On ne fait pas un pitch de la même manière si on doit s’adresser à un banquier ou à un client.

Le fil conducteur sera le même (vous n’allez pas changer de vision et de projet toutes les heures…) mais il devra être adaptable.

Comment faire un pitch ?

Vous souhaitez savoir comment faire précisément un pitch ou vous avez besoin d’être coaché pour votre pitch ?

Faites-moi signe, je peux vous aider !