Dans l’article “Comment devenir auto-entrepreneur ?“, je vous ai donné les informations nécessaires pour créer votre activité et quelques points de vigilance à observer.

Aujourd’hui, le conseil que je vous donne, c’est de ne pas vous lancer dans la création d’un statut d’auto-entrepreneur si c’est juste pour voir.

Si vous le faites, c’est pour dégager un chiffre d’affaires et du profit (bah oui !).

Sinon, ça va vous coûter de l’argent pour rien…

Voyons les différents coûts à prévoir lorsque vous vous lancerez.

Les 2 types de coûts à prévoir

Tout d’abord, vos coûts seront principalement calculés sur votre chiffre d’affaires.

C’est ce qu’on appelle des “coûts variables” comme les charges sociales (entre 0,5% et 2% selon votre activité), l’impôt sur le revenu et la cotisation à la formation professionnelle (CFP).

Mais il y a aussi des coûts à payer même sans chiffre d’affaires, ce sont des “coûts fixes” comme la CFE (anciennement appelée “taxe professionnelle”) et votre assurance responsabilité civile professionnelle.

Les impôts sont partout !

Votre impôt sur le revenu est calculé sur la base de votre chiffre d’affaire et est lié à votre option vis-à-vis du “prélèvement forfaitaire libératoire”.

Si vous optez pour le “prélèvement forfaitaire libératoire”

C’est un pourcentage de votre chiffre d’affaires à payer avec vos charges sociales, chaque mois ou chaque trimestre selon ce que vous aurez décidé.

Selon la nature de votre activité :

  • Pour de la prestation de services : 1,7% de votre chiffre d’affaires,
  • Pour du négoce (achat/revente) : 1% de votre chiffre d’affaires.

Si vous n’optez pas pour le “prélèvement forfaitaire libératoire”

Le paiement de votre impôt sur le revenu se fera en même temps que celui de vos autres revenus.

Il faut donc évaluer l’ensemble de vos revenus pour choisir le type de “prélèvement forfaitaire libératoire” qui vous convient.

La valse des contributions et des cotisations 

La Contribution à la Formation Professionnelle (CFP)

Le calcul est lui aussi basé sur un pourcentage de votre chiffre d’affaires :

  • Pour de la prestation de services : 0,2% de votre chiffre d’affaires,
  • Pour du négoce (achat/revente) : 0,1% de votre chiffre d’affaires,
  • Pour de l’artisanat : 0,3% de votre chiffre d’affaires.

La Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)

Avant, c’est ce qui était appelé la “taxe professionnelle” et c’est un montant forfaitaire indépendant de votre chiffre d’affaires.

Seule votre première année d’activité en sera exonérée, dès l’année suivante, vous devrez la payer.

La Taxe pour Frais de Chambre (TFC)

Depuis 2015, vous devez  payer la TFC soit pour la Chambre de Commerce et d’Industrie, soit pour la Chambre des Métiers.

Le montant est également calculé sur un pourcentage de votre chiffre d’affaires et dépend de la chambre à laquelle vous êtes rattaché.

Si vous êtes rattaché à une Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) :

  • Pour du négoce (achat/revente), de la restauration ou de l’hébergement : 0,015% de votre chiffre d’affaires,
  • Pour de la prestation de services : 0,044% de votre chiffre d’affaires.

Si vous êtes rattaché à une Chambre de Métiers (CM) :

  • Pour votre activité de négoce (achat/revente de pièces par exemple) : 0,22% de votre chiffre d’affaires,
  • Pour la prestation de services : 0,48% de votre chiffre d’affaires.

Les frais du compte bancaire professionnel

Depuis le 1er janvier 2015, vous devez ouvrir un compte bancaire pour votre activité d’auto-entrepreneur.

Mais rien ne vous oblige à engager des frais !

Un simple compte chèque (donc sans frais) suffit :)

L’assurance est facultative sauf dans certains cas

Vous n’êtes pas obligé de souscrire une assurance civile professionnelle si votre activité n’est pas concernée par la nécessité de le mentionner, comme certains métiers artisanaux qui doivent le faire apparaître sur leurs devis et factures.

A noter également que certaines de ces activités requièrent aussi une assurance décennale pour les métiers du bâtiment.

Pour les activités non concernées, le risque doit se calculer en fonction de la nature même de votre activité.

Pour plus de tranquillité, je vous encourage quand même à en avoir une ou au moins à le prévoir si vous voyez votre chiffre d’affaires et votre portefeuille client grossir.

Le coût d’une RCP démarre à partir de 300 € par an.

En synthèse

Vous voyez qu’il ne faut pas auto-entreprendre si vous ne vous investissez pas un minimum dans le développement de votre activité.

Si vous créez une auto-entreprise, faites-le pour générer du chiffre d’affaires et du profit, sinon vous allez payer des frais inutiles.

Si c’est pour tester une idée, la démarche est différente parce que vous investissez.