Si le Lean Startup ou le Growth Hacking vous sont familiers, vous n’êtes pas sans savoir qu’une Landing page est un merveilleux outil pour présenter et valider un concept. En fait, c’est un MVP.

Mon projet actuel s’appelle Happy Family, il s’agit d’une application destinée à aider les familles dans la gestion de leur quotidien.

Pour valider que l’idée est viable, j’ai mis en place une landing page. À l’aide de cet exemple, je vous présente la mécanique que j’ai utilisée pour présenter, promouvoir et capter les emails de personnes potentiellement intéressées par ce concept.

À vous d’adapter l’approche en fonction de vos objectifs, de votre cible et de votre produit/activité.

 

C’est quoi une “landing page” ?

C’est un outil qui vous permet à la fois de présenter votre concept/produit/activité pour vérifier que des personnes s’y intéressent et, si elles le sont, qu’elles vous donnent leur email.

Le but est de valider que votre idée a du sens et surtout qu’elle a la capacité à rassembler suffisamment de personnes pour continuer à investir dans vos travaux.

Il n’y a rien de plus inutile que de faire avec efficacité quelque chose qui ne doit pas du tout être fait

Peter Drucker

 

Y-a-t-il des points à observer pour y arriver ?

Pour que votre landing page soit efficace, les points d’attention sont les mêmes que lorsque vous présentez votre produit.

Voici, dans les grandes lignes, quelques étapes importantes à respecter.

 

1. Identifiez votre cible

Dans mon cas, ma cible principale est une mère de famille, idéalement entre 30 et 50 ans, qui a des enfants de 8 à 20 ans.

Pour cela, je vous invite à lire l’article “Comment identifier vos clients“. Vous y trouverez une méthode efficace pour y arriver.

 

2. Présentez le problème auquel vous vous attaquez

Pour Happy Family, je commence par poser une question qui interpelle ma cible :

Fatigué(e) de râler pour qu’on vous aide à la maison ?

Pourquoi ? Parce qu’encore aujourd’hui, les femmes sont majoritairement en charge des tâches ménagères (des études démontrent qu’elles sont 65% à assumer ces tâches.

Pourquoi ? Parce que les tâches ménagères c’est chiant pardi ! Personne n’a envi de les faire et pourtant il faut bien laver, ranger, manger… bref vivre.

Pour présenter votre problème, prenez un crayon, une feuille et écrivez tout ce qui vous passe par la tête. Ensuite, regroupez ces idées par thèmes et cherchez à faire ressortir l’idée principale, le plus gros point dur. C’est lui que vous mettrez en avant.

 

3. Écrivez votre proposition de valeur

Pour Happy Family, j’ouvre une nouvelle perspective :

Et si les corvées devenaient un jeu d’enfant…

Et j’introduis le concept par :

Avec l’application Happy Family, tout le monde participe aux activités en s’amusant.

Fini les « prises de tête », à vous les plaisirs de la vie de famille !

Si vous ne savez pas comment vous y prendre pour écrire votre proposition de valeur, je vous invite à lire l’article “La méthode pour décrire votre proposition de valeur“.

 

 

4. Montrez votre idée

L’avantage d’une landing page, c’est que c’est une page web dans laquelle vous pouvez mettre plein de chose.

Argumenter votre concept, démontrer comment fonctionne votre produit, lister les principales bénéfices qu’il apporte pour vos clients potentiels.

A l’aide de vidéos, de photos, de schémas ou d’une histoire bien construite, vous avez la possibilité de faire connaître votre idée à beaucoup de personnes.

Pour Happy Family, j’ai choisi une structure basée sur :

  • Des blocs présentant les principaux bénéfices
  • Des copies d’écran pour montrer à quoi va ressembler l’application
  • Une mise en situation par des cas d’usage

 

5. Captez des emails

On n’attrape pas des mouches avec du vinaigre

Si votre landing page ne permet pas de capter des emails, vous avez des questions à vous poser.

Pour Happy Family, je permet aux visiteurs de s’inscrire à une liste d’attente dont le but est d’être prévenu de la disponibilité de l’application, et je le fais à 2 moments dans la page : après la présentation du produit et en bas de page, après avoir projeté le visiteur dans des situations courantes.

L’avantage de cette technique est d’augmenter le taux d’inscription en proposant 2 fois de s’inscrire.

 

Est-ce le format qui doit être amélioré ?

Utilisez l’A/B testing ou le “split testing” pour comparer 2 pages entre elles et découvrir ce qui fonctionne le mieux. Dans le paragraphe sur les outils à venir, je vous présente OptimizePress qui permet de le faire. Il y a beaucoup d’outils qui le font très bien, comme SumoMe par exemple.

 

Est-ce le concept qui ne plaît pas ?

C’est une éventualité à laquelle vous devez vous préparer. Même si vous pensez que votre idée est géniale, il se peut que vous soyez seul(e) à le penser. Une landing page est un MVP et le but d’un MVP est aussi d’invalider une idée si nécessaire.

Dans tel cas, allez au-devant de la cible que vous avez identifiée et réalisez des interviews pour comprendre ce qui cloche pour vous améliorer et adapter votre concept pour qu’il fonctionne. Si au bout du compte, les retours ne sont toujours pas bon, lâchez prise et passez autre chose. Il y a beaucoup (trop) de choses à faire pour s’obstiner :-)

 

Quels outils utiliser pour faire sa “landing page” ?

Pour ma part, j’ai réalisé la landing page avec un plugin WordPress payant (une centaine d’euros) qui s’appelle OptimizePress.

Couplé à MailChimp qui est un outil de gestion de campagnes d’emailing, le système repose sur l’acquisition d’email pour ensuite automatiser la relation client par email.

En version gratuite, MailChimp vous permet d’envoyer 2000 emails par mois, ce qui est largement suffisant pour démarrer.

Sinon, il existe pléthore d’outils sur le marché comme unbounce, wix ou encore getresponse.

Vous pouvez aussi créer votre landing page directement en HTML si vous en avez les compétences. Avec un peu de programmation, vous pouvez tout à fait produire un résultat de qualité. Par contre, ne négligez pas l’aspect esthétique, c’est une part subjective importante pour convertir un visiteur en cible captive.

Si cette compétence ne fait pas partie de votre arsenal, je peux vous conseiller de bons graphistes/designers comme Les indiens dont c’est le métier, car oui, c’est vraiment un métier !

 

Pour finir, je rends à “César ce qui est à César” ou plutôt à “Sophie ce qui est à Sophie” parce que c’est mon épouse qui est à l’origine du projet Happy Family. “Créative prodige”, elle observe en permanence et recherche constamment des améliorations possibles pour les petits tracas de la vie quotidienne. C’est elle qui en a pensé les grands contours.

 

Vous avez un projet qui vous tiens à coeur et vous ne savez pas par où commencer, comment lui donner vie et comment le développer ?

Pour clarifier votre idée, téléchargez le guide de l’entrepreneur (voir ci-dessous) et contactez-moi si vous avez besoin d’une aide externe.