Pour répondre à la question posée dans le Tweet de Manu.

Il est vrai que la différence entre un MVP (aussi appelé “Pretotype“, notion introduite par Alberto Savoia) et un prototype est mince !

La principale difficulté de compréhension provient du fait qu’on parle souvent de “produit incomplet”, d’étape de validation ou de démonstrateur.

L’enjeu sémantique est de bien comprendre que les objectifs d’un MVP et d’un prototype sont différents et complémentaires.

Ce que je peux déjà vous dire : un MVP n’est pas un prototype.

Le MVP doit valider la valeur fondamentale alors que le prototype doit valider le maximum de fonctionnalités possible.

Voilà pourquoi.

 

Notion de prototype

Commençons par une définition donnée par l’OCDE :

C’est un modèle original qui possède toutes les qualités techniques et toutes les caractéristiques de fonctionnement du nouveau produit

Une autre définition intéressante :

Premier modèle réel d’un objet, d’une machine, établi afin de le mettre au point avant d’entreprendre la fabrication en série (Dew. Technol. 1973).

Pour mieux comprendre, voici quelques synonymes qui calquent bien à la notion de prototype : échantillon, modèle original, premier exemplaire d’un produit industriel, spécimen.

Il s’agit de réaliser un “Proof Of Concept” (POC) dont l’intérêt est de prouver le concept.

 

Processus de création d’un prototype

Pour vous donner un modèle de processus, car il en existe des tonnes, je m’appuie sur les conseils de Tim Ferriss.

1. Définissez l’objectif de votre prototype

Comme nous l’avons vu plus haut, le but premier d’un prototype est de vérifier la faisabilité d’une idée, d’apprendre.

Pour cela, 3 questions sont à se poser :

  • Est-ce pour le vendre à un client ?

Si oui, c’est que vous savez déjà qu’un marché existe. Il faudra alors produire une version 1 qui embarque un minimum de qualité.

  • Est-ce pour étudier la chaîne de fabrication ?

Si oui, on s’intéressera aux coûts des matières, aux temps de conception/production, aux coûts de la main d’oeuvre ou des machines, etc.

  • Est-ce pour tester le marché ?

Dans ce cas, ne faites pas un prototype mais un MVP (ou “pretotype”).

2. Étudiez le design

Avant de vous lancer dans la réalisation d’un prototype, il est important d’identifier les principales fonctionnalités de votre produit, les fonctions de base, ce que vous voulez vérifier.

Si vous connaissez des designers ou si vous pouvez solliciter de l’aide extérieure, ne vous en privez surtout pas !

Le design de produit répond à des codes selon le marché que vous visez mais surtout, c’est un métier :-)

Adressez-vous aux écoles de design par exemple, elles recherchent des cas concrets en permanence pour leurs étudiants.

3. Limitez les dépenses en ressources

Les lecteurs habitués du blog ont déjà en tête ce que le mot “ressource” signifie dans ce contexte : temps, énergie et argent.

Pour la réalisation d’un prototype, vous n’avez pas/vous ne devez pas investir beaucoup de ressources car vous devrez itérer (essayer plusieurs fois) et adopter le processus d’essai/erreur.

Du papier, du carton, de la mousse, des trombones, des post-its, du code HTML, de la pâte à modeler, une impression 3D, etc. sont autant d’outils à faible coût qui vous permettront de réaliser des prototypes avant d’aller plus loin.

Une fois que vous aurez quelque chose de validé, le moment sera alors venu d’investir en ressources.

4. Fabriquez en quantité limitée

Pour l’instant, vous n’avez pas besoin d’avoir un stock de produits dont vous ne savez pas si ils vont trouver des acheteurs.

Puisque vous en êtes encore au stade du test de la faisabilité, et que votre prototype va évoluer, gardez en tête que moins vous stockez, moins vous gaspillez de ressources.

Quoiqu’il en soit, votre prototype mettra en oeuvre un maximum de fonctionnalités pour votre produit, c’est ce qui constitue la différence fondamentale avec le MVP.

 

Qu’est-ce qu’un MVP ?

MVP veut dire “Minimum Viable Product” (ou “Produit Minimum Viable” en français), c’est un concept introduit par Eric Ries et Steve Blank, deux entrepreneurs américains qui sont respectivement les créateurs de la démarche Lean Startup et du Customer Development.

Comme son nom l’indique, un MVP consiste à concevoir une “solution de vérification” (cela peut être virtuel) aussi minimaliste que possible afin de savoir s’il a une viabilité, c’est-à-dire de répondre à la question :

Y-a-t-il un marché (des clients) pour ce produit ?

L’objectif d’un MVP est donc d’apprendre du marché, des retours des clients potentiels (la cible) afin de valider et d’invalider des hypothèses que vous aurez formulées avant de lancer votre produit.

Alors qu’un prototype essaiera de montrer le maximum de chose, un MVP s’attachera à valider la valeur fondamentale du produit imaginé.

La question à se poser est :

S’il ne devait y avoir qu’une seule chose qui ferait acheter mon produit, qu’est-ce que ça serait ?

Il existe plusieurs possibilités de le vérifier et pour vous en donner un bon aperçu, je m’appuie sur la cartographie réalisée par Matthieu Garde.

 

Cartographie des MVP de Matthieu Garde

Cartographie des MVP – Auteur : Matthieu Garde

 

Comme pour la réalisation de votre prototype, vous ne devez pas investir trop de ressources pour concevoir votre MVP.

Une vidéo, une présentation PowerPoint ou Keynote, une landing page ou un assemblage de bouts de bois peuvent suffire à montrer votre concept aux clients potentiels pour les faire réagir.

Pour comprendre la démarche Lean Startup, je vous invite à lire l’article “Comment connecter votre produit à vos clients“.

 

Complémentarité MVP-Prototype

Vous l’aurez compris, MVP et prototype sont complémentaires.

L’un (le MVP) doit valider la viabilité commerciale du concept alors que l’autre (le prototype) doit en valider la faisabilité technique.

Aussi, toute approche produit doit comporter une phase de création d’un MVP puis d’un prototype avant de lancer la fabrication et le développement du produit.

Pour conclure, je vous cite 2 exemples pour bien illustrer la différence entre un MVP et un prototype.

Lorsque Drew Houston a voulu lancer Dropbox, il a réalisé une vidéo explicative du concept et l’a mise dans une landing page pour capter les emails des personnes qui seraient intéressées. En tant que tel, cela n’avait rien à voir avec un prototype. Il s’agissait d’un MVP conçu pour vérifier ses hypothèses. Une fois celles-ci validées, il a pu se lancer dans la construction de son prototype, puis de son produit.

De même, lorsque Jeff Hawkins, inventeur du Palm Pilot, a souhaité valider son idée avec un morceau de bois, il s’agissait d’un MVP. En tant que tel, il ne pouvait pas en tester les fonctionnalités, ce qui aurait été possible avec un prototype.

 

Quelques ouvrages en lien avec le sujet