Il y a quelques temps, j’avais écrit un article intitulé “Comment vaincre ses peurs“. Et voilà qu’aujourd’hui je tombe sur cet excellent article de Brent Summer à propos de ce qui nous empêche de nous lancer dans un nouveau projet : “The Getting Started Principle“.

J’ai donc décidé de vous le traduire.

 

Qu’est-ce qui nous empêche de démarrer ?

Beaucoup de personnes veulent se lancer pour créer une entreprise, créer une nouvelle activité dans leur société en tant que salarié, concevoir une application, écrire des livres et bloguer. Mais elles ne le font pas.

Nous lisons tellement d’article à propos de “Comment j’ai fait ceci ou cela” et ces retours d’expériences finissent souvent de la même façon : “Il suffit de passer à l’action pour vous lancer.” Mais nous ne le faisons pas.

Au lieu de le faire, nous attendons. Nous mettons ces articles dans nos favoris pour plus tard, “quand j’en aurai besoin”. Nous ajoutons nos idées d’articles dans un dossier quelque part dans Evernote, sur Trello, dans les brouillons de gmail ou dans un bloc-note quelconque…

Nous réalisons une ébauche de la “landing page” pour notre idée d’application, pour quand nous pourrons la réaliser.

Nous attendons l’associé parfait, le bon moment, jusqu’à ce que nous ayons 3000 followers Twitter, jusqu’à ce que nous ayons terminé ce projet, jusqu’à ce que nous ayons réussi à vider complètement notre messagerie, etc.

Bref, il y a toujours une bonne raison de nous en remettre à demain.

 

Le remède : ne pas attendre !

Mais l’attente a un ennemi mortel : le lancement.

Au moment où vous prenez conscience que vous faites face à votre propre bluff, où vos propres excuses que vous avez vous-même imaginé (manque de temps, d’énergie, d’argent) ne sont pas réels, quelque chose de magique se produit.

Si tu entends une voix qui te dis “tu ne peux pas peindre” alors mets-toi à peindre et cette voix sera réduite au silence – Vincent Van Gogh

Passer de 0 à 1 est aussi difficile que de passer de 1 à N. À 1, vos excuses imaginées deviennent des challenges: les compétences requises, comment mettre en oeuvre et à quoi le “mieux” ressemble. On a beaucoup moins peur de ce qui est connu.

Alors, il est temps de revenir à ce que vous vouliez faire. Concevoir une application, écrire quelque chose, créer quelque chose. Maintenant.

 

Des outils pour démarrer facilement

Voici une liste d’outils qui ne demandent aucunes compétences si ce n’est quelques minutes d’attention :

La liste est longue, il existe des tonnes d’outils pour faire des trucs cool !

 

Démarrer

Avec ces outils, démarrer devient facile. En fait, pas vraiment. J’ai lu tout un tas de “how-to” avant.

Voici comment ça se passe à chaque fois :

JeDemarre

Ne faites pas ça. À la place, soyez attentif à vos peurs et reconnaissez les. J’ai lu cela dans un bon livre qui s’intitule “L’art de la guerre” :

Êtes-vous paralysé par vos peurs ? C’est un bon signe. La peur est bonne. Comme le doute, la peur est un indicateur. La peur nous indique ce que nous devons faire. Rappelez-vous une règle de base : plus nous sommes effrayé par une tâche à faire ou un appel, plus nous avons à le faire.

 

Anecdote

Il y a environ trois semaines, je décidais qu’il fallait commencer à jouer de nouveau au basket-ball. J’appréciais ça quand j’étais plus jeune et, étant un grand gars maigre (NDT : je ne suis que le traducteur de l’article), c’était le seul sport où j’avais un avantage relatif. Mais dès que je pensais à jouer, la peur et la résistance revenaient.
 
“Ces cours d’extérieur sont remplis de gens et ils vont rire de mon piètre niveau de jeu.”
“Rappelles-toi comment tu t’étais fait cette entorse en jouant au basket-ball au lycée. C’était pénible.”
“Un jeu de contact signifie qu’il faut parler aux nouvelles personnes et comme un introverti, nous n’aimons généralement pas ça.”
 
Mais finalement, je suis allé là-bas, concentré sur le passage de 0 à 1, je m’y suis aventuré. J’ai plaisanté avec quelques autres joueurs sur le terrain au sujet de mon retour au jeu, et alors que je manquais beaucoup de mes tirs, un gars a fait de l’esprit, ce qui nous valut une bonne partie de plaisir. Maintenant, j’y vais tout le temps et ces voix d’anxiété dans ma tête se sont réduites au silence.
 

L’héritage de l’évolution

Ces voix d’anxiété dans nos têtes se ressemblent en général. Ce sont les voix qui nous ont été amenées par l’évolution pour nous permettre de rester en vie.
Elles nous ont évité de nous faire expulser des tribus il y a plusieurs milliers d’années, nous ont évité d’attraper la peste et ainsi de suite. Et c’était une bonne chose mais à présent elles nous empêche d’essayer de faire de nouvelles expériences plutôt cool.
 
Qu’est-ce que vous disent vos voix et comment les calmez-vous ?
 
Traduction de l’article “The Getting Started Principle” de @BrentSum.